A propos de la consultation publique sur le plan en faveur des pollinisateurs

plan en faveur des pollinisateurs

A propos de cette consultation publique voici ce que Marc Édouard Colin un chercheur sur l’abeille et l’environnement propose de répondre pour éviter un plan bancal et je vous invite à envoyer ces propositions au Ministère :

Propositions concernant l’axe 5 et la modification de l’arrêté ministériel du 28 novembre 2003 interdisant l’utilisation en période de floraison des insecticides et acaricides à usage agricole 
en vue de protéger les abeilles et autres insectes pollinisateurs, et fixant les conditions dérogatoires d’emploi de certains de ces produits spécifiquement évalués à cette fin.

 

Article 1

Rajouter « productions de substances sucrées en dehors de la fleur : nectaires extra-floraux et guttation ».

Article 2

« Interdire tout traitement réalisé au moyen d’insecticides, d’acaricides, de fongicides et d’herbicides, durant toute la période de floraison, d’exsudation de miellats et de production de substances sucrées visitées par les abeilles »

N.B. : des sites d’action de substances actives, fongicide et herbicide sont présents aussi chez les abeilles d’où un risque d’intoxication.

Article 3

Aux « plantes en fleur et à l’exsudation de miellats », rajouter « production de substances sucrées ».

Remplacer « traitées par des insecticides ou acaricides » par « traitées par des insecticides, des acaricides, des fongicides ou des herbicides ».

Article 4 concernant les dérogations

Simplifier en ne désignant qu’une mention « emploi autorisé sur les cultures en période d’attractivité pour les abeilles et en dehors de leurs présences ».

N.B. : Certaines substances actives ou préparations commerciales seront exclues automatiquement de cette mention :

  • celles qui passent totalement ou partiellement dans le système vasculaire de la plante par les racines ou autres parties du végétal,
  • si elles sont utilisées en mélange,
  • toute préparation commerciale présentée sous forme de micro- ou de nanoparticules ou épandue en ultra-bas volume.

Explication : éviter les substances actives et préparations commerciales qui persistent pendant la période d’attractivité de la plante, même si elles ont été appliquées avant cette période, et éviter les effets cocktail entre molécules.

Article spécial concernant les conditions de validité de la mention

La mention est accordée à titre exceptionnel et pour trois ans. Cette mention ne sera pas renouvelée si l’évolution des connaissances scientifiques, en particulier la parution d’articles scientifiques dans des revues à comité de lecture, montre un risque pour les abeilles ou si des affaiblissements de colonies sont constatés sur le terrain.

http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/plan-national-en-faveur-des-insectes-a2416.html

 

Auteur Jean Riondet

Apiculteur de longue date, Jean Riondet est un passionné qui aime apprendre et transmettre. Parallèlement à l’entretien de ses ruches, il enseigne l’apiculture depuis plus de 25 ans dans la région lyonnaise. Auteur d’un premier ouvrage, Un rucher dans mon jardin (Nathan, 1995), il a rédigé durant dix sept années diverses rubriques dans la revue Abeilles et fleurs et anime un blog de conseils apicoles sur Beehoo. Ce nouvel ouvrage est né des questions de ses lecteurs et de ses stagiaires.

3 résponses de A propos de la consultation publique sur le plan en faveur des pollinisateurs

  1. Villatte dit :

    Merci Mr Riondet d´amener le sujet sur la table. Il convient effectivement de s´y intéresser au plus près.
    Dans l´article 2 du projet d´arrêté (http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/projet_arrete_pollinisateurs.pdf), il est question entre autres d´« effet inacceptable » sur les abeilles. Il faut absolument chiffrer ici le seuil « acceptable » en termes d´impacts sur les abeilles, en concertation avec l´ensemble des organisations apicoles. Si cette précision n´est pas effectuée, il est vraisemblable que des personnes externes à la profession fixeront ce seuil.
    François
    Rejoignez-moi sur mon blog
    https://www.maruchette.fr/blog

  2. Guillaume dit :

    Merci M Riondet pour cette proposition de réponse.
    Le diable est dans le détail notamment en rajoutant les noms d’autres types de pesticides (article 3) et c’est très intelligent d’ajouter des conditions de validité de la mention.

    Si des recherches postérieures à la mention démontrent un risque pour les abeilles de ce plan « en faveur » des pollinisateurs alors on peut demander une revoir cette mention au bout de trois ans. C’est long 3 ans, et pourquoi pas un délai plus court ? Ou encore la suspension de cette mention ?

Laisser un commentaire

Apiculture