Aout un peu de repos ?

Oui mais pas pour les neurones. Varroa ne se nourrit pas de l’hémolymphe des abeilles mais de leurs corps gras.

C’est la passionnante recherche d’un jeune doctorant américain  Samuel RAMSEY à lire sur

https://entomologytoday.org/2019/02/21/inside-look-how-varroa-mite-diet-discovered/

Plusieurs équipes furent mobilisées pour croiser les observations et analyses avec des compétences diversifiées.

Cet article nous donne de merveilleuses photos prises au microscope électronique du positionnement de varroa sous les anneaux de l’abdomen de l’abeille, calé contre la membrane inter-segmentaire. Il est à l’aplomb des corps gras.

Sa position certes, mais aussi l’analyse de ses excréments donnent à penser qu’il ne peut se développer qu’en consommant les corps gras de l’abeille et non sa seule hémolymphe trop pauvre en protéines.

Le traducteur automatique Deepl donne un texte fidèle à l’original.

Et pour la suite ?

Si ce n’est fait le traitement contre varroa avec des molécules efficaces, Amitraz ou acide oxalique, sachant que les lanières à base d’Amitraz sont efficaces sur la durée, 3 mois environ, que l’acide oxalique n’est vraiment efficace qu’en l’absence de couvain. Il faut développer une stratégie d’encagement de la reine durant 25 jours pour que, le couvain né, on puisse traiter de manière convenable. Ce traitement sera à répéter en décembre à nouveau en absence de couvain. Le problème est qu’en de nombreux endroits, le couvain est présent toute l’année. Or, il est impératif de déverminer les colonies de varroa. C’est le seul paramètre sur lequel on puisse agir à court terme pour luter contre les mortalités hivernales liées aux conditions environnementales.

Nourrir par nourrisseurs entiers de sirop 2/3 de sucre et 1/3 d’eau ou dit autrement 1 k de sucre et 0,5 l d’eau. Apporté en masse, ce sirop concentré sature très rapidement la colonie qui stocke l’excédent.

Surveiller la surface du couvain qui devra être en surface 1/3 en dessous de celle du miel. Mais tout dépend en réalité de la force de la colonie et de votre technique d’isolation de la ruche.

Une forte colonie consommera moins de miel en proportion qu’une plus petite car l’effet grappe maintient mieux la chaleur dans le groupe. L’emploi des partitions réfléchissantes permet d’augmenter de manière très importante l’économie d’énergie pour les abeilles.

Jürgen Tautz dans son merveilleux ouvrage « L’étonnante abeille » (de Boeck ed.) indique qu’une colonie peut amasser 300 k de miel en une saison. Et qu’elle en consomme 200 rien que pour produire de la chaleur. C’est gigantesque ! Toute économie que nous serions en mesure de mettre en œuvre au profit de la colonie assure une meilleure résistance des abeilles aux agents infectieux, donne des abeilles à la durée de vie allongée etc. C’est un point à développer dans nos pratiques apicoles.

Marc Guillemain l’inventeur des partitions réfléchissantes propose d’enfermer entre deux partitions les cadres de couvain et ceux de miel très couverts d’abeilles et de mettre à l’extérieur de cet espace les autres cadres de miel et de nouveau une partition isolante réfléchissante. Le sol du plateau est aussi recouvert d’un isolant réfléchissant ainsi que la tête des cadres. Poser par dessus un bloc de 40 mm de polystyrène extrudé puis le toit et l’hiver sera au chaud.

Problème d’humidité ? Si l’isolation et bien faite et qu’il n’y a pas de point froid, l’humidité ne condenses pas et s’évacue par l »entrée. Au cas où il y en aurait il faut pencher un peu la ruche comme on le faisait autrefois.

Avec un tel procédé on gagne jusqu’à 4 k de miel au cours de la morte saison ce qui nous conduira à terme à moins nourrir en été.

DSC_5499

Les pluies qui reviennent vont nous aider avec les lierres et la renouée du Japon très mellifères et apporteurs de pollens et de nectars de qualité. Les pollens de cette époque serviront pour la reprise de la ponte de la reine en janvier.

Les plantations de couverture apporteront en octobre des ressources alimentaires complémentaires bienvenues. Plus les conversions en bio seront importantes meilleurs seront ces apports nutritionnels  de fin de saison, sinon le risque de recycler des pesticides n’est pas complètement nul.

Tout le mois d’aout il faut soutenir l’effort de stockage des colonies et surveiller la ponte de la reine. Un excès de sirop pourrait bloquer sa ponte, le nid à couvain étant engorgé. Si tel est le cas il faut arrêter de nourrir et mettre éventuellement un cadre bâti vide au centre. Apporter si la ponte ne reprend de suite un peu de sirop léger en petite quantité. Sirop à 2/3 d’eau et 1/3 de sucre soit 1 l d’eau pour 500 g de sucre.

Les intrus

Il est temps de mettre les portières pour limiter les dégâts dus aux frelons asiatiques s’ils n’ont déjà attaqué, mais aussi pour éviter tous les habitants parasites qui ne vont manquer de chercher refuge là où de la ressource alimentaire abonde !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Dure la carrosserie !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

un sacré coléoptère qui mange cire, miel et pollen

Un petit truc

Ceux qui s’adonnent à l’élevage des reines, cumulent un tas de petits accessoires qui s’enduisent de cire, cocons , propolis, pollen…au fil des élevages et l’année suivante on y retrouve des restes de petites fausse teignes qui y ont niché.

Une fois lavés, grattés, séchés, il faut les mettre dans des boites étanches 48 h au congélateur. Tous les œufs pondus seront détruits.

C’est un principe applicable aux rayons. Un vieux congélateur coffre qui ne servira pas à grand chose d’autre permettra de congeler les rayons 48h qui, ensuite, seront enfermés dans un placard étanche aux papillons tel un vieux frigo désossé pour avoir la place des cadres. Une tour de corps ou de hausses bien ventilée assure également une bonne protection des rayons contre la fausse teigne.

 Un vol

Mi juillet un apiculteur de la vallée de l’Azergues près de Lyon a dans ses ruchers une ruche sur balance qui lui transmet plusieurs fois par jour des indications de poids, température, hygrométrie … et lance une alerte en cas de variation brutale de poids. Ce qui fut le cas.

Il se rend aussitôt sur place pour constater que les hausses ont été levées. Il avait placé une caméra de chasseur et porta plainte à la gendarmerie avec photos à l’appui. Seule la silhouette du voleur apparaissait mais ce fut suffisant pour qu’avec les réseaux sociaux la gendarmerie put identifier la personne et très rapidement l’arrêter.

Il avoua qu’il avait eu une mauvaise année apicole. Le pauvre, on le comprend … il n’est pas le seul. Ça va lui coûter plus que le miel ne lui aura jamais rapporté.

Auteur Jean Riondet

Apiculteur de longue date, Jean Riondet est un passionné qui aime apprendre et transmettre. Parallèlement à l’entretien de ses ruches, il enseigne l’apiculture depuis plus de 25 ans dans la région lyonnaise. Auteur d’un premier ouvrage, Un rucher dans mon jardin (Nathan, 1995), il a rédigé durant dix sept années diverses rubriques dans la revue Abeilles et fleurs et anime un blog de conseils apicoles sur Beehoo. Ce nouvel ouvrage est né des questions de ses lecteurs et de ses stagiaires.

8 résponses de Aout un peu de repos ?

  1. S. b.r. dit :

    Mr Riondet, l’intermissa fait une grande chute de ponte cette periode en faveur des stocks de miel énormes , une chute plus grave que celle de l’hiver!!! y a-t-il une solution? si je change les colonies dans des ruches neufs ? g une seule ligustica elle m’a pas fait se phenomene si je me rappelle bien en 2017…

    • S. b.r. dit :

      et c’est un grand probleme , car dans ma region , la saison continue :maintenant j y suis au eucalyptus camaldulzndus et le thym, aprés,fin aout commence eucalyptus dulendus , l’hiver chez nous n’est pas tres frois ! on travail , vers le mois de novembre on travail le romarin ,le caroubier ou l’ericas… janvier fevrier on a deux sortes d’amandiers..c’est pour celà que cet arrêt de ponte nous fais beaucoup de soucis: chaque années ,vers juillet ce phénomène se manifeste, dans mon carnet d’état g les ruches sur 2 et même 1 cadre de couvain et le reste miel et pollen …dans les régions froides peut etre ils trouvent ma question bizarre puisque ils visent la grande provision dans cette periode mais notre saison et loin d etre terminer

      • Je ne connais pas votre abeille et n’ai guère trouvé d’infos pour répondre à votre question. Mais voici quelques points de repère :
        Chez nous on connaît ce problème lors des grandes miellées, les abeilles bloquent le nid à couvain en le saturant de nectar. Pour éviter cela on met tout de suite deux hausses l’une sur l’autre avec quelques cadres à bâtir à tous les étages, les cadres bâtis au dessus du nid à couvain car les abeilles circulent par cet endroit. On retire les cadres de miel autour du nid à couvain de même que les cadres vides pour obliger les abeilles à monter aux étages, dès qu’elles mettent du nectar dans la seconde hausse on en ajoute une 3° même si les deux autres ne sont ni pleines ni operculées. On veille à mettre toujours au dessus du nid à couvain une hausse avec des rayons vides sinon elles cessent d’amasser cet étage plein les bloque au rez de chaussée.
        On ajoute des cadres bâtis vides au sen du nid à couvain et dès que cessent les miellées avant la suivante on récolte au plus vite et si la disette est là on donne un verre de sirop léger en sucre durant quelques jours pour tenir la ponte de la reine puis on arrête dès que l’on remet les hausses.
        La ligustica, qui est à la base de la Buckfast, est une race très prolifique donc tant qu’il y a à manger la reine pond. Ce qui est d’ailleurs difficile à gérer en cas de famine, cette année on en a fait les frais.
        Cette réponse est ma lecture de la situation, sans doute des personnes plus au fait de cette race d’abeilles pourraient nous apporter leur éclairage. A elle de nous écrire.
        J RIONDET

  2. Patrice H dit :

    Bonjour M Riondet,
    J’ai une question concernant le chasse abeilles.
    Il ne fonctionne pas toujours pour limiter les abeilles dans les hausses.
    J’ai 3 ruches , 2 colonies Buckfast et une d’abeilles noires.
    Fin juillet dernier, j’ai posé mes chasse abeilles vers 20h et j’ai retiré mes hausses le lendemain vers 13h donc 17h d’utilisation. Pour les Buckfast, beaucoup d’abeilles étaient encore présentes mais pour les noires, les hausses étaient bien quasiment vides d’abeilles. La nuit , la température est descendue à 16°C. Pas de couvain dans les hausses. Comme les colonies de Buckfast sont populeuses, la raison est-elle qu’elles ne sont pas descendues parce qu’on n’avait pas besoin d’elles pour chauffer le couvain ?

    • Du moment que ce ne sont pas les formats des chasses abeilles qui sont en cause, le volume des abeilles peut également restreindre l’efficacité du procédé. Or les Buckfast sont effectivement des lignées à fort potentiel reproductif. C’est pour cela que les professionnels les retiennent du fait que la production du miel est directement lié au nombre des butineuses.
      Cependant la contrepartie est l’énorme volume de nourriture qu’il faut leur apporter durant les périodes de disette. De ce fait certains professionnels croisent leurs Buckfast souches avec des mâles Carnica pour avoir des descendances qui combinent les qualités de ces deux races.La productivité des reines et la qualité d’amassage les disettes arrivant après les belles floraisons du printemps.
      Une des raisons classique du mauvais fonctionnement des chasses abeilles est la présence de couvain. Les abeilles chauffeuses restent dessus et ne descendent pas comme leurs consœurs.
      J Riondet

  3. Henri SORS dit :

    Bonjour, et merci pour vos articles, toujours très intéressants.
    La stratégie que je suis pour l’hivernage est la suivante (région Grenoble): du 15/8 au 15/9, je nourris tous les jours au sirop 50/50 pour favoriser la ponte et bien faire développer le couvain pour avoir beaucoup d’abeilles d’hiver et après le 15/9, je nourris au sirop plus épais pour le stockage. Ma question: pour stimuler la ponte, quelle est d’après vous la quantité optimale à donner en sirop 50/50 ? Merci par avance.

    • Pour seulement stimuler la ponte donner ½ l tous les 2 jours, ça simule une miellée, nourrit juste tout le monde, le stockage peut être très limité. Si le jabot de l’abeille fait 40 micro litre, ½ l de sirop peut nourrir environ 12 000 abeilles or à cette époque il y en a plus donc on ne sature pas la colonie qui stocke seulement après saturation de ses membres en nourriture. Ceci reste relatif aux rentrées de nectar, si vous avez de la renouée du japon ou des lierres il y a une ressource alimentaire abondante qui risque de produire des stocks plus que de la ponte. Dans ce cas ne pas nourrir. Construire votre protocole en observant les cadres de couvain tous les 2 jours. Si vous êtes en cadres Hoffmann, en faisant glisser les cadres vous ne dérangez pas les abeilles et vous pouvez faire vos mesures.
      J RIONDET

Laisser un commentaire

Apiculture Beehoo