Avril les colonies ont explosé

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

cueillette d’un essaim à la casserole

Les fortes colonies qui étaient bien pourvues en couvain ont commencé à essaimer pour les lignées essaimeuses, celles dotées de vieilles reines… Par contre les lignées bien sélectionnées, les colonies dotées de reines de 2016 sont en plein développement. Cette année démarre sous les meilleurs auspices, espérons que cela se poursuive et que la pluie qui manqua cet hiver ne nous tombe dessus en mai et juin! Ce serait 2016 bis.
Heureusement il n’y a jamais deux années identiques de ce pont de vue. Parions un temps favorable au miel pour cette année.OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Au rucher
Il est grand temps d’ajouter des cires à construire, pour ceux qui ne font pas de la transhumance les cadres à jambage sont une saine opportunité pour produire des cires naturelles sans pesticides ni spores de maladies autant d’agents recyclés par le traitement des ciriers qui ne peuvent les épurer. On pourrait les passer aux rayons gamma, procédé efficace contre les agents bactériens viraux et fongiques; il n’est pas encore admis par la communauté apicole du microcosme français que ce procédé soit des plus nécessaire et sans risque pour les abeilles puisque les cires ne sont pas transformées et le rayonnement gamma non stocké.
Conseil d’usage pour les cadres à jambage, les mettre dans le même sens pour que les abeilles suivent le jambage, sinon elles construisent en travers. Souvent l partie du bas est riche en cellules de bourdons, excellente opportunité pour supprimer ce couvain une fois operculé car cela évacue de bonnes quantité de varroas.
Un autre modèle de jambage proposé par notre éminent collègue Albert Delamarche, consiste à mettre une travers horizontale aux 2/3 de la hauteur du cadre, la partie supérieure filée de deux fils supporte une plaque de cire gaufrée, le bas sera construit en cellules de mâles puis enlevées pour finaliser ce traitement contre varroa dit « biotechnique ».
La pose des hausses se fait habituellement maintenant, chez nous vers Lyon, elles furent posées dès mi mars, elles sont pleines, le colza aidant depuis près de 10 jours. D’habitude le colza est plutôt en fleur au 20 avril.
Sous la pression de la miellée, les butineuses rentrent à peine dans la ruche donnent le nectar aux abeilles d’intérieur qui vont au plus vite le stocker, ce qui engorge rapidement le nid à couvain. Pour éviter cela, mettre d’entrée de jeu 2 hausses dont la moitié des cadres à cirer et les positionner plutôt au centre puis enlever sur la première hausse les deux cadres de rive. Ainsi un grand passage permettra une rapide circulation des abeilles d’intérieur vers les étages.
Pour éviter la montée de la reine dans les hausses poser sur la tête des cadres de corps une plaque de 20×25 cm, ce petit procédé suffit souvent.

Que faire si le colza cristallise dans les hausses ?
Riche en glucose et en fructose, le miel de colza cristallise très vite y compris dans les hausses. Le récolter avant operculation est risqué car riche en eau, il est prompt à fermenter. Mais une fois cristallisé il est quasiment impossible de l’extraire des rayons.
Pour s’en sortir, on peut poser la hausses sur le plateau de sol et poser dessus le corps puis une hausse vide. Les abeilles remonteront ce miel car elles stockent toujours le miel au plus chaud de la ruche donc au plus haut. Durant ce transfert, les abeilles butineuses continueront à apporter d’autres nectars, en moindre quantité que durant le temps de la floraison des colza et ce mélange de miels donner un toutes fleurs qui restera liquide plus longtemps. Il perdra un peu le gout de choux du colza.

Faire des essaims artificiels

Plus que jamais abaisser le risque d’essaimage par l’essaim artificiel se justifie.
Prendre un cadre de couvain ouvert et si possible avec des œufs si on peut les voir (même au soleil une lampe frontal rend bien service dans ce cas!).
Ajouter un cadre de couvain fermé, un de miel et un à bâtir. Secouer un ou deux cadres d’abeilles prises sur du couvain et mettre cette ruchette un peu loin dans le rucher. La nourrir durant un mois d’un demi litre de sirop une à deux fois par semaine car elle n’a plus de butineuses, si tout va bien les abeilles élèveront une reine. Dans un mois vous irez la visiter pour vérifier la ponte de la reine. Ces essaims (en faire autant que de ruches de production) s’ils sont beaux, donneront l’opportunité de les réunir avec les ruches de production après la récolte de sorte que pour 2018 les colonies seront dotées de jeunes reines qui sont par définition de bonnes pondeuse.

Bonne nouvelle du Ministère
En application d’une décision européenne, un arrêté est en préparation qui exonérera d’ordonnance tous les médicaments anti varroa disposant d’une AMM. L’achat sera librement possible chez tous les pharmaciens. Cette disposition n’arrêtera pas les fraudeurs de bricoler des soupes interdites dans leur cuisine et les apiculteurs réguliers de continuer à respecter les règles.
Il en découlera un abandon progressif des PSE pour ce secteur de l’élevage qui ne comporte aucun risque sanitaire majeur comme c’est le cas dans les autres filières d’élevage. Avoir à gérer la lourdeur des PSE pour des médicaments qui relèvent de la logique des colliers anti puces pour les chats est, pour l’avoir vécue, ubuesque !
Cette situation nouvelle d’une filière sans PSE n’aura aucun effet négatif, ne portera pas tort à l’apiculture.
Par contre, cette mesure redonnera du temps et de l’énergie aux GDSA pour accompagner les apiculteurs dans les bonnes pratiques apicoles par le développement de formations continues et d’accompagnements techniques.
Pour une fois une décision intelligente, autant la saluer.

Jean RIONDET

Auteur Jean Riondet

Apiculteur de longue date, Jean Riondet est un passionné qui aime apprendre et transmettre. Parallèlement à l’entretien de ses ruches, il enseigne l’apiculture depuis plus de 25 ans dans la région lyonnaise. Auteur d’un premier ouvrage, Un rucher dans mon jardin (Nathan, 1995), il a rédigé durant dix sept années diverses rubriques dans la revue Abeilles et fleurs et anime un blog de conseils apicoles sur Beehoo. Ce nouvel ouvrage est né des questions de ses lecteurs et de ses stagiaires.

23 résponses de Avril les colonies ont explosé

  1. abdaoui rachid dit :

    bonjour,l’année, dernière, j’avais fait un essaimage artificiel, j’ai pris des cadres, comme vous venez de l’expliquer deux cadres avec des œufs de moins trois jours ,cadre de couvain fermé et cadre de miel ; je les ai place dans une ruche, que j’avais simplement déplacée , juste à coté de la ruche mère; trois jours après ,il n’y avait aucune abeille et les cadres sont vides ; j’aimerais apprendre une méthode , qui me donnera des résultats. MERCI

    • Bonjour,
      Refaites l’opération comme décrite, avec des cadres de couvain etc. bien couverts d’abeilles, éventuellement vous secouez un ou deux cadres de couvain pour enrichir votre essaim d’abeilles (attention à ne pas prendre la reine) et vous déplacez cet essaim à 3 km pour éviter que les abeilles puissent revenir à la ruche mère. Nourrissez et cela devrait marcher.
      Bien cordialement
      Jean RIONDET

  2. Emmanuel dit :

    Bonjour Jean,
    Ici en Ardèche la saison est en avance d’ un mois par rapport à d’habitude…
    7 cadres de couvain le 4 avril.
    J’ai mis 2 hausses sur leur tête pour les calmer.
    J’en ai une trop forte pour la manipuler. Les abeilles degeullent de partout. C’est compliqué de faire la visite dans ces conditions.

    • La visite du corps ne se fait que si elle est possible; Quand on a peu d’info y chercher il est inutile d’aller écraser des abeilles pour voir si le couvain est toujours là. Sauf à ce que l’on fasse des essaims artificiels ou que l’on craigne un essaimage.
      Dans ces circonstances faire un essai nu, ça ne mange pas de pain et on évite l’essaimage. Cette année si ce temps perdure les colonies auront tôt fait de gonfler pour les miellées à venir, l’essaim nu n’obérera pas la récolte.
      Jean Riondet

      • Oui le miel monte et descend dans la ruche et on retrouvera un peu du miel de sirop de nourrissement si les réserves d’hiver n’ont pas été mangées. Griffer les cadres lors de la première visite permet d’accélérer la consommation de ce miel. C’est aussi une excellente stimulation de la ponte de la reine puis de l’essaimage…
        Pour vos cadres, lorsque les cires sont à moitié construites d’un coté et que les abeilles y mettent du sirop, retourner le cadre et faites construire l’autre coté. Puis une fois construit à moitié ou aux 3/4 glissez ce cadre entre deux de couvain. La reine viendra y pondre assez rapidement et les abeilles n’y stockeront plus de nectar. Si vous avez un forte miellée mettez de suite 2 hausses sans grille à reine. Cette année sur les colza le nectar coule à flot, certain en sont déjà à 3 hausses.
        J Riondet

      • Christian dit :

        Bonjour Mr Riondet,

        Qu’est ce qu’un essaim nu ? et à quoi sert ‘il , si il n’a pas de couvain et de reine ?

        • Un essaim nu est un essaim donc composé d’abeilles plus la reine fabriqué par tapotement en chassant les abeilles et la reine de leur ruche vers une autre ruche composée de cadres cirés posée dessus. Cette opération vise à faire un essaim issu d’une une ruche très forte pour éviter l’essaimage naturel.
          Si on met une grille à reine entre les deux corps on visera aussi à prendre moins d’abeilles et ce groupe sera appelé paquet d’abeilles car il n’y a pas de reine donc le terme d’essaim n’est plus approprié. On se sert des paquets d’abeilles pour peupler des nucléis pour élever des reines dans de toutes petits populations ce qui permet d’élever davantage de reines. c’est aussi une manière de limiter le risque d’essaimage naturel.
          J Riondet

  3. corinne dit :

    bonjour
    je vais dégraisser mes ruches de productions en faisant des EA; la méthode que j’utilise c ‘est de remonter 2 ou 3 cardes de C1 dans un corps vide placé sur la ruche donneuse en intercallant une grille à reine; mais que faire de la (ou des hausses).?
    merci

  4. Léontine dit :

    Bonjour monsieur Riondet,
    Je suis de côté de Brest, j’ai fait ma première visite de printemps le 2 avril et j’ai constaté que la place manquait. Beaucoup de miel et de réserves. J’ai donc retiré des cadres pour les remplacer par des cires gauffrées. Je suis retourné aujourd’hui, les cires gauffrées se construisent mais continuent à se remplir de nectar ce qui ne laisse pas de place pour le couvain. Le couvain est sur 4-5 cadres mais n’occupe qu’un quart de la surface, je crains un blocage de ponte si les abeilles continuent à remplir les nouvelles cires de nectar. J’ai tenté de poser 1 hausse sur 2 ruches aujourd’hui, en espérant que les abeilles montent le miel pour laisser de la place à la reine… Qu’en pensez-vous?
    Autre question, si les réserves contiennent encore du sirop de nourrissement de l’automne, n’y a t-il pas de risque pour le miel si les abeilles le prennent et le montent dans les hausses ? Que préconisez-vous?
    Merci à vous.

  5. S.Br dit :

    Mr Jean Riondet, c a fait plus que un mois que je fais monter le couvain operculé au dessus la grille peu à peu je suis arrivé a20 le couvain est plein comment faire la troisième hausse? Le deuxième n’est pas plein a cent pour cent de miel les abeilles ont du mal a ce déplacer. Merci

    • Vos colonies marchent très bien !
      Donnez moi plus de détails ur votre manip que je puisse comprendre la méthode.
      très cordialement
      J RIONDET

      • S.Br dit :

        Chaque semaine ou 5 jours je fais monter sur la grille a reine 3cadres couv. Operculé a leur place cires gaufrées misent croisées avec cadre c.ouvert. mon probleme c que celles de haut sont sorti et son garni de miel celles de bas plus de sept cadres couvain operculés près à sortir et il leur faut de l espace . Je continu? Comment mettre la troisième? Ces 8 cadres operculés où les mettre au moitié ou sur le miel je veu continuer et obliger la reine a pondre?

  6. François dit :

    Bonjour Mr RIONDET
    J’aimerais savoir quel matériau on peut utiliser pour faire la plaque 20*25 cm entre corps et hausse (en dadant 10 cadres j’imagine ?)
    Un morceau de polyane ep 150 micron est-il suffisant ?
    Merci à vous

    • Oui je travaille en 10 cadre Ddt.
      N’importe quel matériau convient pourvu que les abeilles ne le ronge pas. Pour ceux qui craignent les émanations de Bisphénol ou de Phtalates issus des plastique un contreplaqué de 3 mm peut convenir.
      JR

  7. coste claude dit :

    M. RIONDET bonjour,

    Ce weekend dernier j’ai fait la visite de printemps.Comme mes ruches sont en Ardèche (alt 450m) je ne l’avais pas fait plus tôt en fonction de la température et de mon emploi du temps.
    Une de ruches est orpheline et il n’y avait plus de couvain, y a t’il une solution pour la sauver car je ne sais pas depuis quand la reine est morte.
    D’avance je vous remercie.
    C COSTE

    • Claude,
      Il faut ajouter un cadre de couvain ouvert avec œufs et un de couvain fermé. Afin d’apporter de quoi faire une reine sur des larves d’un our et de futures nourrices capables de fournir de la gelée royale à la future reine et à son couvain. Condition de la réussite : ne pas avoir d’abeilles pondeuses.
      Pour s’en débarrasser : déplacer la colonie de 20 m environ secouer toutes les cadres d’abeilles par terre, bien vider la caisse puis remettre les cadres dans la caisse puis la caisse à sa place. Les abeilles qui voleront pour revenir sont des butineuses. Les pondeuses ne pouvant voler resteront au sol et seront un festin pour les fourmis.
      Les butineuses peuvent s=encore servir, les pondeuses empêcheront un élevage royal.
      Bonne suite.
      J RIONDET

  8. Jean-pierre Mesnage dit :

    Bonjour Mr Riondet.
    Je possède deux ruches très fortes avec miellée de colza et hausses avec grille à reine..
    Puis je prévenir l’essaimage en faisant deux essaims nus?
    Que fais je des hausses pendant ces manipulations?
    Merci à l’avance pour votre réponse

    • Bonjour,
      Bien retenir que la grille à reine est surtout efficace si les miellées sont faibles.
      En cas de forte miellée, les abeilles mettent tellement vite des gouttes de nectar dans toutes les alvéoles les plus au chaud donc au plus haut de telle sorte que la reine si elle y monte ne peut y pondre.
      vous posez les hausses dans un toit, elles mêmes couverte de manière étanche pour éviter un pillage.
      En faisant un essaim nu vous prévenez l’essaimage puisque c’est vous qui provoquez l’essaimage.
      Avec cette méthode vous réduirez sans les annuler les récoltes futures.
      J Riondet

  9. Jean-pierre Mesnage dit :

    Merci pour votre réponse et aussi de m’éclairer sur le peu d’intérêt de la grille à reine en cas de forte miellée.

  10. S.Br. dit :

    Mr Jean riondet ,Chaque semaine ou 5 jours je fais monter sur la grille a reine 2 ou 3cadres couv. Operculé a leur place cires gaufrées misent croisées avec cadres c.ouvert. mon probleme c que celles de haut sont sorti celles de bas plus de 5 cadres couvain operculés près à sortir et il leur faut de l espace… Je continu? Comment mettre la troisième? Ces 8 ou 6 cadres operculés où les mettre au moitié ou sur le miel je veus continuer et obliger la reine a pondre?

  11. jmj dit :

    Bonjour Monsieur Riondet, Quand les fleurs gèlent comme cette semaine dans plusieurs régions, reste t il du nectar a butiner sur les fleurs gelées ou c’est fichue? Merci d’avance. Cdt. Jm

  12. jmj dit :

    Ps : Big problème… je crois qu’une de mes ruches est atteinte de nosémose…que faire pour traiter et protéger les autres svp?

Laisser un commentaire

Apiculture Beehoo