Novembre le froid arrive, le brouillard aussi.

A la sainte Catherine tout arbre prend racines.

Ce dicton dont on est certain de sa véracité nous rappelle qu’il est temps de faire des plantations mellifères. Arbres, arbustes pour haies, l’offre commence à se multiplier.

Par expérience planter ces types de végétaux maintenant est d’une quasi certitude de réussite. Ce sont des plantes rustique et si on prend soin de mettre une bonne poignée de cornaille au fond du trou et de bien arrosé une fois les racines mise en terre bien à l’aise et recouvertes d’une terre bien fine, le chevelu sera correctement en prise avec la terre que l’eau tassera excellemment.

Suivant l’âge du planteur le choix des variétés variera pour éviter que l’arbre ne fleurisse longtemps après sa propre disparition!

Espérons que les nouvelles orientations de la PAC qui vont relancer la production de haies soient suivies d’effets, ces multiples petites fleurs souvent peu visibles sont des ressources alimentaires considérables pour les insectes, des nichoirs pour de multiples oiseaux.

Pépiniéristes d’arbres et arbustes mellifère : Jacky BORIE à Nojals et Clottes (24440) ou Alti Pep https://pepiniere-altitude.com/arbres-melliferes-et-champetres/

Au rucher

Fixer les toits avec des sangles, du fil de fer, des cordages… c’est moins lourd que les pierres et plus sûr. La période sera favorables aux tempêtes et vents violents. Le toit enlevé les colonies peuvent s’en remettre si l’apiculteur couvre de nouveau les abeilles dans les 24h qui suivent, sinon ces sera la pluie et la mort par le froid. A chaque opération de ce type,mettre un pain de candi sec et chaud sur la tête des cadres, recouvrir d’un isolant aluminé à bulles et poser le couvre cadre nourrisseur ou un couvre cadre bordé d’un tasseau d e50 mm de hauteur pour redonner de la stabilité au toit.

Cette pratique, isoler le sommet par une couverture totale du sommet de la ruche, rend souvent la pose du toit un peu délicate. Il n’enchâsse plus suffisamment le corps et le vent peut aisément l’enlever.

Les abeilles sont plus calmes et par un jour un peu froid voire brumeux, le débroussaillage des ronces avec une machine à dos sera efficace. Les odeurs de la nature sont particulièrement agréables en ces jours là.

A l’atelier

La fonte des brèches d’opercules n’est pas achevée pour tous. Quelques éléments de confort pour réussir ce type de travail.

Lors de l’extraction du miel, il est bon de faire lécher les brèches d’opercules dans les couvres cadres nourrisseurs. Lorsque l’opération est réussie la cire qui en résulte est pulvérulente et sèche.

Pour la conserver longtemps la mettre dans des sacs et passées au congélateur 48h de manière à tuer tous les œufs de fausse teigne qui y auront été pondu par ces papillons de nuit. Ranger ces sacs dans un seau étanche.
Pour la fonte nous utilisons dans notre groupement une chaudière qui est composée d’un tonneau doté d’une évacuation basse, d’un panier grillagé dans lequel on met les brèches, d’un couvercle doté d’un passage dans lequel le tuyau d’une petite centrale à vapeur du type décolleuse à papiers peints. Avec 2l d’eau la vapeur produite suffit à fondre 7k de brèches. Il en ressort une cire suffisamment épurée pour être remise à un façonnier et reste dans le fond de la machine la propolis que les abeille utilisent pour solidifier le bord des cellules.

Cette machine est vendue environ 300 €, la centrale à vapeur électrique est dotée d’un thermostat qui l’arrête une fois l’eau évaporée. C’est simple d’usage et sans danger il n’y a pas de gaz, de flamme, de risque d’incendie, ça marche sans surveillance constante.

En mettant sous la buse de sortie un seau « agricole » (évasé) avec 5 cm d’eau au fond, la galette de cire se décolle sans problème.

Selon les races d’abeilles qui mettent plus ou moins de propolis sur les corolles des cellules, selon la qualité du léchage du miel et la quantité de cire qui s’évapore sous l’influence de la chaleur de la vapeur, on perd entre 15 et 20% en poids, beaucoup plus si le léchage est de mauvaise qualité.

Cette cire contient encore un peu de déchets mais elle est suffisamment propres pour les ciriers. Actuellement le poids minimum de cire à traiter à façon est d’environ 50 k. Volume que les regroupements d’apiculteurs peuvent atteindre aisément même une année comme celle ci on y arrive surtout si chacun joue le jeu même en apportant qu’un kilo de cire léchée.

L’intérêt d’une telle pratique collective est d’être certain d’avoir des cires presque indemnes de produits acaricides de synthèse qui s’accumulent dans les cires au fil des recyclages, des cires sans adjuvants telle de la paraffine. Pourquoi dire que l’on a  des cires « presque » indemnes et pas totalement indemnes ? Parce que l’expérience montre que les colonies traitées avec des acaricides de synthèse véhiculent les métabolites (produits de décomposition de ces molécules parfois plus toxiques que la molécule elle même) dans toute la ruche au fils du temps. Le abeilles utilisent de la cire de corps pour les hausses et réciproquement, de sorte que les analyses ont montré que l’on retrouve des traces de ces molécules dans les brèches d’opercules.

La bonne pratique pour s’éviter des surprises avec les recyclage qui accroissent les risques d’empoisonnement des couvain par des produits chimiques qui leurs sont toxiques est de travailler avec des cadres à bâtisse libre. Cadres à jambage ou cadres filés ou armés de baguettes pour brochettes dotés en leur sommet d’une lame de cire de 15 à 20 mm de hauteur. Seul inconvénient de cette manière de faire, les ruches doivent être à l’horizontal absolu sous peine de voir les rayons construits hors du cadre, les abeilles construisent en s’accrochant les unes aux autres comme un fil à plomb.

Pour finir un excellent papier d’un chercheur anglais.

https://theconversation.com/to-save-honey-bees-we-need-to-design-them-new-hives-121792

Pour sauver les abeilles, nous devons leur concevoir de nouvelles ruches

9 septembre 2019, 14h22 CEST Mis à jour le 12 septembre 2019, 11h20 CES

Les abeilles sont sous une pression extrême. Les apiculteurs américains perdent puis remplacent en moyenne 40% de leurs colonies d’abeilles chaque année depuis 2010, un taux probablement insoutenable et inacceptable pour d’autres types d’élevage. Les virus qui ont été transmis par un parasite, Varroa Destructor, sont les principaux responsables de cette baisse . Mais ce n’est pas une situation naturelle. Le parasite se propage par les pratiques apicoles, y compris par le maintien des abeilles dans des conditions très différentes de celles de leur demeure naturelle de creux d’arbres.

Il y a quelques années, j’ai démontré que les pertes de chaleur dans les ruches artificielles sont plusieurs fois supérieures à celles des ruches naturelles. 

Maintenant, en utilisant des techniques de mesures plus couramment utilisées pour résoudre des problèmes industriels, j’ai montré que la conception actuelle des ruches artificielles créait également des niveaux d’humidité plus faibles favorisant le parasite Varroa .

Les ruches naturelles à l’ intérieur des cavités d’arbres créent des niveaux élevés d’humidité où les abeilles se développent et qui empêchent Varroa de se reproduire. Donc, si nous pouvions repenser les ruches d’apiculteurs pour recréer ces conditions, nous pourrions aider à enrayer le parasite et donner aux abeilles une chance de se rétablir.

La vie de la colonie d’abeilles à miel est intimement liée à sa maison. Nous le voyons dans la manière sophistiquée dont les abeilles mellifères choisissent des ruches naturelles de taille et de propriétés correctes et à quel point elles s’efforcent de les modifier. En fait, le nid peut être considéré comme une partie de l’abeille domestique, un concept connu en biologie comme un « phénotype étendu », qui désigne toutes les manières dont les gènes d’une créature affectent le monde.

L’exemple le plus courant de phénotype étendu est peut-être celui du castor, qui façonne son environnement en contrôlant le débit de l’eau avec des barrages. Les ruches naturelles permettent aux abeilles de s’ajuster de manière similaire à leur environnement en contrôlant le flux de deux fluides – l’air et la vapeur d’eau – ainsi que quelque chose qui agit comme un fluide – la chaleur.

Les abeilles choisissent un arbre creux avec une entrée en bas qui empêche l’air chaud montant dans le nid de s’échapper. Ils le modifient ensuite en appliquant un mastic antibactérien à base de résine d’arbre, la propolis, sur les murs intérieurs et les petits trous ou fissures. Cela empêche en outre les fuites d’air chaud et aide à maintenir le bon niveau de vapeur d’eau. À l’intérieur de leur ruche naturelle, les abeilles construisent leur nid d’abeilles contenant des milliers de cellules, chacune fournissant un microclimat isolé pour la croissance des larves (bébés abeilles) ou la fabrication du miel.

Dessins non naturels

Malgré l’importance des ruches naturelles pour les abeilles, les ruches que nous construisons ont peu de ressemblance et ont peu de propriétés des ruches naturelles avec lesquels les abeilles européennes ont évolué. Au 21ème siècle, nous utilisons encore des ruches conçues dans les années 1930 et 1940, inspirées des idées des années 1850. Les ruches naturelles n’ont été étudiés scientifiquement qu’en 1974 et les recherches sur leurs propriétés physiques n’ont commencé qu’en 2012 .

Les ruches artificielles sont trapues et carrées (par exemple, 45 cm de haut), construites en bois mince (moins de 2 cm d’épaisseur) avec de grandes entrées (environ 60 cm²) et souvent de grandes ouvertures de grillage en dessous. Ils ont été conçus pour être économiques et permettre aux apiculteurs d’accéder facilement aux abeilles et d’enlever le miel. 

En revanche, les abeilles européennes ont évolué dans des ruches faites dans des arbres qui sont en moyenne hauts (environ 150 cm), étroits (20 cm) avec des murs épais (15 cm) et de petites entrées (7 cm²).

Afin d’évaluer dans quelle mesure les ruches artificielles reproduisent les conditions des nids naturels, je devais mesurer le flux de fluides (air, vapeur d’eau et chaleur) qui les entourait. Pour ce faire, je me suis tourné vers un aspect de la science physique et de la mesure appelé thermofluide , l’étude des liquides, des gaz et des solides de combustion, ainsi que des changements d’état, de masse et de mouvement d’énergie.

Dans le nid d’abeilles, cela signifie la «combustion» des sucres dans le miel et le nectar, l’évaporation et la condensation de l’eau et la circulation de l’air à travers le nid. Cela inclut également tout ce qui est transporté par les abeilles à travers l’entrée ou qui fuit à travers les murs.

Les diverses barrières créées par les ruches naturelles d’abeilles peuvent être utilisées comme limites pratiques dans les modèles mathématiques de l’énergie nécessaire et de l’humidité produite à l’intérieur du nid. Ma nouvelle étude associe ces modèles à des données de recherche expérimentale sur les propriétés thermiques des nids et des ruches d’abeilles mellifères et à des études comportementales sur la ventilation des abeilles par leur nid.

Cela m’a permis de comparer l’humidité moyenne dans les ruches artificielles et les nids d’arbres avec celle nécessaire aux abeilles et à leurs parasites. J’ai constaté que la plupart des ruches artificielles présentent une perte de chaleur sept fois plus grande et une taille d’entrée huit fois plus grande que les nids d’arbres. Cela crée des niveaux d’humidité plus bas favorisant le parasite.

Mes recherches montrent que le rôle du nid d’abeilles est nettement plus sophistiqué qu’un simple abri. De simples modifications à la conception des ruches afin de réduire les pertes de chaleur et d’augmenter l’humidité, par exemple en utilisant des entrées plus petites et des murs plus épais, pourraient réduire le stress sur les colonies d’abeilles mellifères causé par Varroa Destructor . 

Nous savons déjà que le simple fait de construire des ruches en polystyrène au lieu de bois peut considérablement augmenter le taux de survie et le rendement en miel des abeilles. Des recherches plus poussées sur la complexité thermofluidique des nids nous permettraient de concevoir les ruches optimales qui équilibrent les besoins des abeilles avec leurs gardiens humains.

Cet article a été modifié pour préciser que 40% en moyenne des colonies d’abeilles domestiques américaines perdues chaque année sont remplacées.

 

Derek Mitchell

Candidat au doctorat en génie mécanique, Université de Leeds

Derek Mitchell est affilié à l’Institute of Thermofluids de la School of Mechanical Engineering de l’Université de Leeds.

Auteur Jean Riondet

Apiculteur de longue date, Jean Riondet est un passionné qui aime apprendre et transmettre. Parallèlement à l’entretien de ses ruches, il enseigne l’apiculture depuis plus de 25 ans dans la région lyonnaise. Auteur d’un premier ouvrage, Un rucher dans mon jardin (Nathan, 1995), il a rédigé durant dix sept années diverses rubriques dans la revue Abeilles et fleurs et anime un blog de conseils apicoles sur Beehoo. Ce nouvel ouvrage est né des questions de ses lecteurs et de ses stagiaires.

4 résponses de Novembre le froid arrive, le brouillard aussi.

  1. Sbr dit :

    Mr Jean, l’isolation étanche et réfléchissante… Étanche c’est clair mais pourquoi réfléchissante ?

  2. Gérard Vaysse dit :

    Si je suis le raisonnement il faudrait fermer entièrement les grilles d’aération sous les ruches.
    Il y quelques années on disait qu’il fallait une bonne ventilation même l’hiver. Pour ma part j’ai l’habitude de laisser les grilles dadan entièrement ouvertes l’hiver.
    J’ai acheté des ruches anciennes sans grille d’aération et je les ai modifiées. Ce qui laisse entendre qu’à l’époque ils ne laissaient pas de ventilation basse.
    Alors : qu’est ce qu’on fait ?

  3. félicitation MR le Chevalier et merci pour tout ce que vous faite pour le monde apicole

  4. Christian dit :

    Félicitations Mr Riondet pour cette belle et honorifique distinction.

Laisser un commentaire

Apiculture Beehoo