Mars enfin le soleil ?

DSC_9132Quoi qu’il advienne on ne peut qu’aller vers des jours plus chauds et l’alternance pluie soleil sera bénéfique aux premières floraisons. Les saules Marsault ne vont tarder à s’ouvrir, cette ressource exceptionnelle en nectar et en pollen fait exploser les colonies.
Le froid et la pluie auront marqué cet hiver calendaire.
Mais les colonies n’en ont pas trop souffert. Ceux qui ont nourri au candi et qui avaient bien correctement traité contre varroa avec des médicaments efficaces connaissent des mortalités raisonnables de l’ordre de 5 à 10 %.

Au rucher
L’un d’entre vous m’a fait remarquer que la vague de froid passée, il faut mettre des abreuvoirs pour habituer au plus tôt ls abeilles à venir s’y approvisionner. Le couvain requiert beaucoup d’eau et les abeilles se transmettant les lieux de puisage de génération en génération, il est important d’attirer les porteuses d’eau au plus vite pour éviter les hurlements des voisins équipés de gigantesques abreuvoirs à insectes que sont leurs piscines.
Il les faut en hauteur pour éviter que des renards, lapins, blaireaux, ragondins… viennent s’y désaltérer sous peine de devoir le réapprovisionner, idem il les faut à l’abri du vent qui les assèche.
35 abreuvoir (2)

L’abreuvoir sera en plein soleil les abeilles aiment l’eau chaude et un peu à l’écart du rucher à quelques mètres ou dizaines de mètres hors du champ d’envol pour éviter les souillures des abeilles qui se délestant en plein vol.
S’il est conséquent et source de moustiques notamment le tigre, y mettre des gambusies d’eau froide.
DSC_8492

Le changement des plateaux de sol

Le froid ne nous a pas permis de faire cette opération en bien des endroits. Ce sera la première intervention au rucher. Noter l’état des lieux faire des photos de chaque plateau avec le n° de la ruche pour ensuite comparer cet état à celui observé dans la colonie.
Honte à moi, j’ai perdu 4 ruches du fait d’avoir omis de mettre assez tôt les portières d’entrée sur toutes les ruches.
Des musaraignes ou lérots s’y sont installés et ont tout mangé, fait un nid. L’odeur d’urine est épouvantable. Dans l’une la bestiole avait tellement grossi qu’elle ne pouvait sortir !
Pas de partage, les cadres sont tous brulés et les caisses passées à la flamme du chalumeau. Les plateaux de sol plastiques sont trempés 15 min dans de l’eau de javel, 1 l à 2,6% de c.a. et 2 l d’eau. L’urine des rongeurs est porteuse d’agents infectieux.
DSC_3795
Viendra la visit de printemps

Par une bonne chaleur d’environ 18°c, au soleil, sans vent il sera possible d’ouvrir les ruches et de faire le bilan des populations et surtout des couvains. Hivernées sur 8 cadres on devrait en trouver 4 de couvain, en dessous on peut considérer que la colonie sera longue à démarrer. Sauf si ce sont des Carnica qui ont la particularité de démarrer très vite après l’hivernage.
Au delà de 4 cadres ces colonies seront à surveiller côté essaimage, on fera de même avec les colonies dont les reines entrent dans leur troisième année.

Pour chacune des colonies on notera la surface de couvain estimée en nombre de paumes de la main. On fera de même avec les cadres de miel. On peut équilibrer le nombre des cadres entre colonies mais le risque de transmettre des maladies liées au couvain est important et il vaut mieux s’en abstenir quitte à renforcer les colonies faibles en y secouant des cadres de couvain donc porteurs de nourrices qui n’auront pas trop tendance à retourner à leur ruche. Les parfumer d’un sirop léger et aromatisé avec le parfum de votre choix sirop de grenadine, citron, menthe, thé… Une ampoule d’Eucalyptol, un produit pour fumigation acheté en pharmacie va bien et n’encrasse pas le pulvérisateur comme le fait le sucre des sirops.
Enlever les cadres vides, mettre au ras du cadre jouxtant le couvain un cadre de hausse pour le faire bâtir en dessous et y trouver du couvain de mâles qui une fois pondu et operculé sera coupé et détruit.
varroa sur larve 3

Les femelles varroa ont une préférence pour le couvain de mâles où elles se font enfermer dans les cellules juste avant leur operculation. En répétant l’opération jusqu’à la pose des hausses et au delà si on le peut. Ce seront pas loin de 25 % à 30 % de varroas femelles supprimées.
Le varroa se développe très rapidement sa durée de vie de 90 jours est le double de celle des abeilles, et lorsque 100 femelles varroas entrent dans les cellules, lors de la naissance des abeilles ce seront 225 femelles varroas qui sortiront avec.
165 rayon construit sous cadre de hausse dans un corps pour le detruire une fois pondu et opercule
On ne le répétera jamais assez, le varroa est la cause première sur laquelle l’apiculteur peut intervenir pour la survie de ses colonies, la seconde est le nourrissement.

Placez des partitions réfléchissantes de chaque côté et donnez 1 l de sirop pour que les colonies remontent au plus vite la température du couvain qui doit être de 34° tandis que la ruche sera à 24 °c.
A noter à chacune des visites complètes donner 1l de sirop 50/50 ou 2/3 d’eau et 1/3 de sucre pour déstresser les colonies et les aide à remonter en température leur couvain.

Innovation technique
J’ai acheté un lève ruche pour warré, car même si je ne trouve pas ce modèle particulièrement commode en production de miel je l’utilise pour faire des nucléis. Le problème avec les divisibles est la manipulation d’un nombre important d’éléments, lourds malgré qu’ils soient de taille apparemment modeste.
Le fabricant du pèse ruche Scalapi a mis au point un lève ruche pour Warré et après usage
Je lui ai demandé de m’en fabriquer un pour Dadant car sous réserve d’équiper les ruches de barreaux de chaque coté et placés au dessus des poignées creusées das la corps, on dispose d’un engin capable de nous permettre de faire le changement de plateau de sol sans se casser le dos et seul.
Cet appareil tient juste sur les parpaings de 50 de long et sur les supports en fer à béton.
Cet engin posé sur les barreaux vissés dans les corps permet de soulever les hausses pour y glisser une hausse supplémentaire, une grille à reine, un plateau chasse abeille. Detail Dadant, il est utilisable pour tous les modèles en largeur 10c.
Un collègue professionnel l’utilise précisément pour ces manipulations en cours de miellées.
Démontable cet appareil tient dans le coffre de la voiture et en projet un chariot permettra de déplacer les ruches.
En intercalant un peson sur le cable de tirage on dispose du poids total des ruches
C’est un lève ruche et pèse ruche combinés.
http://www.scalapi.fr/leveetpeserucheuniversel.html

leve ruche scalapi_DSC_9006

Auteur Jean Riondet

Apiculteur de longue date, Jean Riondet est un passionné qui aime apprendre et transmettre. Parallèlement à l’entretien de ses ruches, il enseigne l’apiculture depuis plus de 35 ans dans la région lyonnaise. Auteur d’un premier ouvrage, Un rucher dans mon jardin (Nathan, 1995), il rédige depuis l'an 2000 diverses rubriques d'abord dans la revue Abeilles et fleurs, puis dans la revue L'abeille de France. Il anime le blog de conseils apicoles sur Beehoo. Ses ouvrages actuellement disponibles : L'apiculture mois par mois - Le Rucher durable - Installer un premier rucher - Élever ses reines, trois méthodes simples. Il participe activement au Groupement d'action sanitaire apicole du Rhône (GASAR) qui assure la formation continue des apiculteurs du Rhône https://gasarhone.fr/ Jean Riondet est chevalier dans l'ordre du Mérite agricole

30 résponses de Mars enfin le soleil ?

  1. Pingback: Aurélien Garde

  2. Pingback: Hakim

  3. Pingback: Hakim

  4. Pingback: Hakim

  5. Pingback: sebastien leca

  6. Pingback: sebastien leca

  7. Pingback: Rival

  8. Pingback: Maurice Nouvion

  9. Pingback: Babillou

  10. Pingback: Stéphane

  11. Pingback: Hakim

  12. Pingback: Nicolas

Laisser un commentaire

Apiculture


Warning: Illegal string offset 'share_counts' in /home/lowb0456/apiculture.beehoo.com/wp-content/plugins/simple-social-buttons/simple-social-buttons.php on line 477